Le fil de Titem
parkkennypark:

This is an illustration I did for my friend, Dai’s, PhD thesis. A part of his thesis involved a study around how some gay men (particularly those of a minority status) negotiate being gay outside of mainstream gay culture. One story that really stood out to me as being quite unique and touching involved a middle-aged fellow who has never been intimate with another man, doesn’t necessarily identify as being gay, but spends his days knitting baby socks on park benches and on the train as a way to perform his ‘gayness’. As he still lives at home with an extremely conservative family this is essentially the only way he knows to express his sexuality.

parkkennypark:

This is an illustration I did for my friend, Dai’s, PhD thesis. A part of his thesis involved a study around how some gay men (particularly those of a minority status) negotiate being gay outside of mainstream gay culture. One story that really stood out to me as being quite unique and touching involved a middle-aged fellow who has never been intimate with another man, doesn’t necessarily identify as being gay, but spends his days knitting baby socks on park benches and on the train as a way to perform his ‘gayness’. As he still lives at home with an extremely conservative family this is essentially the only way he knows to express his sexuality.

excitablehonky:

Stuart Carlson

Libéral majoritaire? Tapez-moi sur la tête, mais ce n’est pas le pire des scénarios qui est arrivé hier soir. […]

En ce qui concerne la souveraineté, convenons que la politique de la division pour un parti condamné à unir s’il veut faire un pays, ce n’était pas l’idée du siècle. Il est impossible de devenir indépendant sans convaincre les nouveaux arrivants. Nous sommes une nation vieillissante qui ne fait pas beaucoup d’enfants: c’est la réalité. L’immigration, c’est notre carte de survie. Nous avons la chance d’avoir une immigration massive francophone; ses valeurs ne sont pas tout à fait les nôtres, mais la langue est commune. Il vaut s’ouvrir, dialoguer, convaincre. […]

 Si le nous n’est pas inclusif, il est condamné à s’effriter.

"Si on peut se représenter toutes les combinaisons à partir des variations de sexe (biologique), de genre (masculin-féminin) et de sexualité (homo,bi-hétéro), les histoires vécues fonctionnent comme des prises de liberté risquées avec les normes socialement en vigueur, d’autant moins visibles qu’elles sont intériorisées.

Bien loin de situer le genre sur le terrain de l’inné et de l’acquis, elles le renvoient à la définition qu’en donne l’historienne Joan Scott : ‘Un ordre politique et sociale des frontières sexuelles, qui est la négociation des angoisses attachées à la différences des sexes’.”

À moins de 50 jours des élections européennes, qui sont les principaux chefs au niveau paneuropéen, candidats à la présidence de la Commission européenne ? (NB : Marine Le Pen et Geert Wilders, chefs officieux de l’extrême-droite européenne, n’entendent pas présider cette Commission dont ils souhaitent la disparition)

À moins de 50 jours des élections européennes, qui sont les principaux chefs au niveau paneuropéen, candidats à la présidence de la Commission européenne ?
(NB : Marine Le Pen et Geert Wilders, chefs officieux de l’extrême-droite européenne, n’entendent pas présider cette Commission dont ils souhaitent la disparition)

Discours de Altiero SPINELLI du 6 décembre 1957, Turin.

"Si l’État national était la seule forme d’organisation politique pour les Européens, si nous ne savions pas regarder au-delà de lui comme les Grecs ne surent regarder au-delà de la polis, nous n’aurions qu’à constater que nous sommes arrivés à la fin de la civilisation européenne, nous résigner et attendre que notre destin s’accomplisse.

Mais la méthode pour sortir de l’impasse où nos États nous ont acculés existe. Elle est même facile à formuler. Elle a déjà été expérimentée avec succès par d’autres peuples ; il n’y a qu’à vouloir. La solution est dans le principe selon lequel les problèmes, pour être résolus convenablement, doivent être affrontés au niveau où ils se posent. Si les politiques étrangère et militaire, économique et sociale des Européens ne peuvent plus être menées avec succès par les États nationaux, si elles exigent des perspectives, des lois, des actions européennes, il s’ensuit que ces fonctions doivent être soustraites aux États nationaux et confiées à un état fédéral européen doté d’un gouvernement pour administrer les affaires communes, d’un parlement pour voter les lois et les impôts, d’une cour de justice pour garantir le respect du droit.

Un tel transfert de souveraineté ne peut être qu’un acte librement consenti par des nations libres qui renoncent à quelques droits dont elles jouissaient séparément, non pas pour les abandonner à un pouvoir étranger, mais pour continuer à les posséder en commun avec d’autres nations. Ce transfert ne peut donc être accompli que moyennant l’acceptation d’une constitution fédérale écrite, définissant avec précision ce qu’on transfère et à quelles institutions on transfère […]

Ce que nos États, nos gouvernements, nos parlements doivent être appelés à accomplir est ce que j’ai appelé une abdication … En termes juridiques précis nos États doivent être conviés à conclure entre eux un traité -leur dernier traité- établissant une loi électorale européenne, la date des élections d’une Assemblée Constituante Européenne et le mandat donné à celle-ci de définir dans une constitution les organes auxquels sera transféré le pouvoir de légiférer, de gouverner et de dire le droit en matière économique, sociale, militaire et diplomatique… ce même Traité reconnaîtra que chaque nation décidera directement, par référendum populaire de son adhésion à la Fédération. C’est ainsi que chacun de nous sera appelé comme citoyen de son peuple national à décider de la participation de sa nation à la nouvelle communauté”.

(Source : bruxelles.blogs.liberation.fr)

sixpenceee:

This is beautiful and it’s amazing to me that it had such a positive outcome and not lifelong hateful grudges, which is probably what these attackers deserved. 

FOR MORE PORTRAITS AND THE OFFICIAL WEBPAGE

depredando:

“Remember, remember, the 5th of november…”“We’ve had a string of embezzlers, frauds, liars and lunatics making a string of catastrophic decisions. This is plain fact. But who elected them? It was you! You who appointed these people! You who gave them the power to make decisions for you! (…) You have encouraged these malicious incompetents, who have made your working life a shambles. You have accepted without question their senseless orders. You have allowed them to fill your workspace with dangerous and unproven machines. You could have stopped them.” 
“It does not do to rely too much on silent majorities, Evey, for silence is a fragile thing… One loud noise, and it’s gone. (…) Noise is relative to the silence preceding it. The more absolute the hush, the more shocking the thunderclap. Our masters have not heard the people’s voices for generations, Evey… And it’s much, much louder than they care to remember.”ALAN MOORE & DAVID LLOYD, V for Vendetta, pg. 116-117 e 194.

depredando:

“Remember, remember, the 5th of november…”

“We’ve had a string of embezzlers, frauds, liars and lunatics making a string of catastrophic decisions. This is plain fact. But who elected them? It was you! You who appointed these people! You who gave them the power to make decisions for you! (…) You have encouraged these malicious incompetents, who have made your working life a shambles. You have accepted without question their senseless orders. You have allowed them to fill your workspace with dangerous and unproven machines. You could have stopped them.” 


“It does not do to rely too much on silent majorities, Evey, for silence is a fragile thing… One loud noise, and it’s gone. (…) Noise is relative to the silence preceding it. The more absolute the hush, the more shocking the thunderclap. Our masters have not heard the people’s voices for generations, Evey… And it’s much, much louder than they care to remember.”

ALAN MOORE & DAVID LLOYD, V for Vendetta, pg. 116-117 e 194.
feministpicture:

“Mauvais siècle” 
Très belle illustration de Tomas Kucerovsky sur la variation des normes de beauté.
judgmentofparis:

“Wrong Century” — Brilliant illustration by artist Tomas Kucerovsky depicting the fate of plus-size beauty in the modern age.
Click here to see more.

feministpicture:

“Mauvais siècle” 

Très belle illustration de Tomas Kucerovsky sur la variation des normes de beauté.

judgmentofparis:

“Wrong Century” — Brilliant illustration by artist Tomas Kucerovsky depicting the fate of plus-size beauty in the modern age.

Click here to see more.

La compréhension du monde ne s’arrête en aucune façon à l’enregistrement des perceptions immédiates. La compréhension passe inévitablement par le raisonnement. Nous devons “lire” ce que nous sentons et croyons voir, nous demander ce qu’indiquent ces perceptions et comment les prendre en compte sans nous laisser submerger par elles.
Amartya Sen, L’idée de justice, Paris : 2012, Flammarion, p. 12. (via rubeuscardinalis)