Le fil de Titem
theeconomist:

Daily chart: youth unemployment. Of the many gloomy indicators generated by the financial crisis in the rich world, the sharp rise in youth unemployment is perhaps the most dispiriting.

theeconomist:

Daily chart: youth unemployment. Of the many gloomy indicators generated by the financial crisis in the rich world, the sharp rise in youth unemployment is perhaps the most dispiriting.

vocesconfutura:

Descarga el cartel a3 haciendo click AQUÍ

En espérant que cette mobilisation participe à la construction d’un véritable espace public européen et que l’on s’intéresse enfin aux jeunes européens !

vocesconfutura:

Descarga el cartel a3 haciendo click AQUÍ

En espérant que cette mobilisation participe à la construction d’un véritable espace public européen et que l’on s’intéresse enfin aux jeunes européens !

theeconomist:

Daily chart: recession hits young workers hard. In rich countries workers aged 15-24 are far more likely to be unemployed than older colleagues. Spain has the highest youth-unemployment rate: at 42% it is more than twice the unemployment rate of adults aged 25-54.

La France est dans la moyenne de l’OCDE, mais le chômage des 15-24 ans reste tout de même 3 fois plus élevé que celui des 25-54 ans.

theeconomist:

Daily chart: recession hits young workers hard. In rich countries workers aged 15-24 are far more likely to be unemployed than older colleagues. Spain has the highest youth-unemployment rate: at 42% it is more than twice the unemployment rate of adults aged 25-54.

La France est dans la moyenne de l’OCDE, mais le chômage des 15-24 ans reste tout de même 3 fois plus élevé que celui des 25-54 ans.

Ces jeunes ont joué le jeu dont leurs aînés avaient posé les règles : étudie sérieusement, entre dans les meilleures écoles, apprends les langues étrangères et voyage, réalise des stages… Mais qui pour certains se retrouvent sous-employés et se demandent au final quel est leur projet.

La jeunesse a mille raisons de se révolter, mais saisir l’enjeu de la sauvegarde de la retraite à 60 ans pour descendre dans la rue est un choix étonnant. C’est sur les générations montantes, pour l’essentiel, que reposeront les cotisations alourdies pour financer les retraites – même si l’on augmente la contribution du capital en faveur de l’effort collectif, ce que demande à juste titre la gauche.

Ce court texte de la directrice de recherche au CNRS Monique Dagnaud montre que les jeunes, génération sacrifiée, se trompent de combat, eux qui en ont pourtant beaucoup à mener, et notamment celui de la solidarité intergénérationnelle. 

On a donc envie d’exhorter les jeunes : exigez un système scolaire qui fonctionne d’abord à l’intégration, demandez du soutien scolaire, demandez des bourses et des allocations d’autonomie, demandez des écoles de la seconde chance, réclamez plus de places pour le service civique, revendiquez des logements d’étudiants dignes de ce nom, battez-vous pour que vos stages soient rémunérés, exigez une vraie politique de l’orientation. Sur l’éducation et l’égalité des chances, vous êtes en droit d’exiger tous les efforts de la collectivité. Battez-vous pour vous, plutôt que de vous mobiliser pour devenir les bailleurs de fonds des retraites de « vos vieux »… aussi sympathiques soient-ils. En un mot : reconnaissez le conflit des générations.

Mais il faut reconnaître que la politique actuelle est faite pour ceux qui prennent la peine de se déplacer pour voter : les seniors. 

Si la jeunesse n’a pas toujours raison, la société qui la méconnait et qui la frappe a toujours tort.
Citation attribuée à François Mitterrand, prononcée lors de mai 1968, entendue lors de la chronique politique de Thomas Legrand sur France Inter le 22 octobre 2010.

Le Dr Philippe Charlier, du service de médecine légale de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, et ses collègues, qui ont analysé les cheveux et des résidus tissulaires de la favorite d’Henri II, décédée en 1566 à l’âge de 66 ans. Un âge avancé pour cette époque, même si les témoins font remarquer que le temps semblait ne pas avoir de prise sur elle ?

Les analyses ont montré une présence d’or 500 fois plus élevé que le taux de référence, ce qui accrédite la thèse d’une intoxication chronique. Le métal précieux était depuis longtemps prescrit en potion pour ses vertus potentiellement regénératrices.

Plus passionnant encore pour les scientifiques :

En 1565, Diane de Poitiers, sportive accomplie, avait été soignée par le célèbre chirurgien Ambroise Paré pour une fracture ouverte de la jambe suite à une chute de cheval. «L’examen des os, bien cicatrisés, sans périosite et quasiment sans perte de longueur montre qu’Ambroise Paré, pionnier dans la détersion des plaies, travaillait vraiment proprement», relève Philippe Charlier. Il lui semble vraisemblable que le père de la chirurgie moderne, précurseur aussi dans le domaine des prothèses dentaires amovibles, en ait fait bénéficier sa célèbre patiente. Cela expliquerait que cette adepte des mondanités ait pu continuer à recevoir jusqu’à la fin de sa vie, malgré une chute de presque toutes ses dents.